La coiffure : un secteur porteur pour la reconversion professionnelle


Le secteur de la coiffure est le 2ème secteur de l’artisanat en nombre d’entreprises.

L’année dernière, la Coiffure représentait 60 300 entreprises réparties sur l'ensemble du territoire.
• 88 % exercent leur activité en salon,
• 10 % des entreprises de coiffure en salon exercent leur activité sous franchise.

Ce secteur représente 160 000 actifs dont 116 000 salariés (incluant 24 000 apprentis), 2/3 des établissements ont des salariés. Un salon de coiffure emploie en moyenne 3 collaborateurs.

Le secteur réalise plus de 4,8 milliards d'euros de Chiffre d’Affaires.

En tant que professionnel de la coiffure, devenir coiffeur nécessite des exigences spécifiques :
• Avoir le goût de l’esthétisme
• Avoir un esprit de création
• Avoir une dextérité manuelle
• Aimer le contact avec la clientèle
• Avoir de la discrétion
• Avoir une excellente présentation

Structurée depuis longtemps, la profession de coiffeur est soumise à la loi du 23 Mai 1946 stipulant que pour ouvrir un salon de coiffure, le dirigeant du salon doit être titulaire du Brevet Professionnel coiffure.

Le professionnel titulaire d'un CAP coiffure est un professionnel qualifié compétent dans les techniques d'hygiène, de coupe, de mise en forme et de coiffage de la chevelure.

Le titulaire de la mention complémentaire styliste visagiste est un professionnel spécialisé dans tous les styles de coupes, de mises en forme temporaires et de coiffages. Il peut occuper des postes de coiffeur, d'animateur ou de responsable technique, de conseiller professionnel.
Des emplois aux activités variées s’offrent aux coiffeurs selon leur motivation, leur sens artistique, leurs relations aux autres, leur sens du commerce…

Si vous souhaitez vous reconvertir dans le domaine de la coiffure, il vous faudra passer le CAP Coiffure.



I – Les diplômes et emplois pour une réorientation professionnelle en coiffure

1. Le Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP)

Le CAP de coiffure a été créé en 1919. Il faut attendre 1931 pour voir apparaître le CAP coiffure dames et le CAP coiffure Homme. En 1972 est institué le CAP mixte (arrêté du 20 avril 1972). L'arrêté du 19 juillet 1991 porte sur la création au plan national d'un certificat d'aptitude professionnelle de coiffure.

Les référentiels sont retravaillés régulièrement en commission paritaire consultative (CPC) afin de tenir compte de l'évolution constante de ce métier.

Le CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle, diplôme de niveau V) est le diplôme de base, qui permet de travailler en tant que professionnel qualifié. Il se prépare en deux ans après la classe de troisième, soit par la voie scolaire à temps plein dans un lycée professionnel, une école de la Fédération nationale de la coiffure ou une école privée, soit par la voie de l'apprentissage en centre de formation d'apprentis (CFA).

Le titulaire du Certificat d’Aptitude professionnelle (CAP) est compétent dans les techniques d’hygiène, de soin, de coupe, de mise en forme et de coiffage de la chevelure. Il assure aussi le conseil concernant les produits et les services relevant de sa compétence. (arrêté du 22 juin 2007 : référentiel du CAP coiffure rénové).

Par ailleurs, un adulte ou un jeune dans le cas d'une reconversion professionnelle, peut accéder à ce diplôme en le préparant par la voie de la formation continue, la durée sera alors fonction du profil et des compétences du candidat.

Quelle que soit la formation choisie par le futur coiffeur, il lui faudra nécessairement acquérir, outre les techniques professionnelles, des savoirs associés (connaissances complémentaires) pour bien exercer ce métier :
• Chimie : l’emploi de produits de coloration, de réducteurs de frisage…oblige le coiffeur à connaître la composition et l’action de ceux-ci.
• Physique : l’utilisation de matériels électriques conduit le coiffeur à avoir des notions sur l’électricité, l’entretien, les normes de sécurité.
• Biologie : le coiffeur doit connaître les caractéristiques de la peau et du cheveu.
• Colorimétrie : le coiffeur doit être capable de créer des harmonies de couleurs adaptées au désir de la cliente.
• Hygiène capillaire : le coiffeur doit être capable d’utiliser ou de conseiller un soin ou un traitement adapté aux principales anomalies ou affections du cheveu décelées.
          - Visagisme : le coiffeur doit être capable d’adapter une coiffure selon la morphologie d’un visage.
          - Lois : il doit connaître les lois et réglementations du métier.


Quel que soit le mode d'obtention, le titulaire du CAP devient :

• Assistant ou débutant coiffeur : il exerce sous le contrôle d'un coiffeur les activités techniques, participe aux stratégies de fidélisation de la clientèle et à la promotion des services et des produits. Accueille, utilise les méthodes de suivi technique de la clientèle. Prépare l'outillage et peut en contrôler et en assurer la désinfection.

• Puis après 2 années d'exercice : il exerce en toute autonomie les tâches d'un coiffeur et maîtrise les techniques professionnelles, l'accueil et le suivi de clientèle.

Fonctions exercées par le CAP coiffure

Le titulaire du CAP coiffure exerce différentes activités pouvant être classées en plusieurs fonctions :

1. Fonction d’exécution correspondant aux activités :

• Etablissement d’un bilan technique et identification des opérations à exécuter pour les activités relevant de sa compétence ;
• Hygiène et soins capillaires ;
• Coupe de cheveux faisant appel aux techniques de base ;
• Mise en forme temporaire de la chevelure ;
• Coiffage courant ;
• Mise en forme des postiches, des perruques ;
• Coloration et décoloration des cheveux sous la responsabilité d’un technicien de la coiffure de niveau IV ;
• Modification durable de la forme du cheveu sous la responsabilité d’un technicien de la coiffure de niveau IV.

2. Fonction de conseil correspondant aux activités :

• Accueil ;
• Installation du client ;
• Identification des souhaits du client ;
• Identification des besoins du client ;
• Présentation des produits et des services adaptés ;
• Conseils personnalisés ;
• Etablissement de fiches techniques de conseils ;
• Argumentation en vue du conseil ;
• Encaissement des ventes des produits et des services ;
• Participation au suivi de la clientèle.

3. Fonction d’organisation et de gestion correspondant aux activités :

• Participation à la gestion du cahier de rendez-vous ;
• Organisation du poste de travail ;
• Mise en œuvre de techniques d’hygiène ;
• Remise en état, après utilisation, des matériels et du poste de travail ;
• Evaluation des besoins quantitatifs des produits et des outillages pour les activités de sa compétence ;
• Participation à la gestion du stock (mise à jour du fichier, produits, déclenchement du réassortiment) ;
• Contrôle des livraisons ;
• Etiquetage et rangement des produits ;
• Participation à la mise en valeur de l’espace de vente (comptoir, vitrines…) ;
• Mise à jour du fichier clients et participation à son exploitation ;
• Participation à la mise en œuvre d’actions promotionnelles, publicitaires.

Après le CAP, il est possible de préparer en un an la mention complémentaire (M.C.) Coloriste-permanentiste ou la mention complémentaire Styliste-visagiste, par la voie scolaire (lycée professionnel ou établissement privé) ou en apprentissage (CFA), ou de s'orienter vers le CAP Perruquier posticheur. Ce diplôme n'est accessible qu'aux titulaires du CAP ou du BP Coiffure. Il se prépare uniquement au lycée professionnel Albert Pourrière, à Rouen.


2. Les Mentions Complémentaires (MC)

Les mentions complémentaires à option sont créées le 12 octobre 1998, le décret du 28 mars 2001 porte sur le règlement général des mentions complémentaires et l'arrêté du 24 mai 2004 en précise et en fixe les conditions de délivrance.

Les mentions complémentaires options Coloriste Permanentiste (C.P.) ou Styliste Visagiste (S.P.), diplôme de niveau V peuvent être préparées par :
• des jeunes titulaires du CAP coiffure, motivés pour se perfectionner dans une spécialité :
- Formation initiale ou continue en 1 an.
- Emplois : technicien coloriste permanentiste ou coiffeur visagiste.


Compétences attendues :
          - MC / CP : le coiffeur se spécialise dans des techniques spécifiques de coloration, décoloration, frisage et défrisage.

          - MC / SV : le coiffeur se spécialise dans les techniques de coupe et de mises en forme.

Le titulaire d'une mention complémentaire devient un coiffeur ou un technicien confirmé. Après trois années d'exercice après l'obtention de la MC, il est autonome dans sa spécialité et intègre la mise en œuvre des techniques les plus usuelles, et peut participer à l'évaluation des attentes du client. Il renseigne et exploite les fichiers clients.

3. Le Brevet Professionnel (BP)

Le Brevet Professionnel, (BP) diplôme de Niveau IV, se prépare en deux ans, en apprentissage. La formation technique et théorique est dispensée en CFA, la pratique professionnelle exercée en salon (entreprise).

Le BP est un diplôme d'État qui atteste l'acquisition d'une haute qualification dans l'exercice de la coiffure. Il est obligatoire pour s'installer à son compte et permet de former des apprentis.

Pour s'y présenter, les candidats doivent justifier :
• soit de cinq ans d'activité professionnelle en rapport avec la finalité du diplôme ;
• soit de deux ans de pratique professionnelle, pour les titulaires du CAP.

Le BP comporte deux options : BP Coiffure option styliste-visagiste et le BP Coiffure option coloriste permanentiste.

Le titulaire d'un BP est coiffeur qualifié : outre toutes les tâches exécutées par un coiffeur, il assure la gestion des produits et des matériels, maîtrise la stratégie de vente des produits et des services.

Manager et responsable de salon, le coiffeur doit avoir les compétences attendues : polyvalence, management d’une équipe, formation du personnel, gestion de l'entreprise, tout en faisant preuve de créativité.

II – Les secteurs d'activités où exercer le métier de coiffeur

Le coiffeur peut exercer sa profession dans différents secteurs d'activités :

• Salons ou entreprises de coiffure.
• Entreprises de production ou de distribution de produits capillaires.
• Milieux du spectacle et de la mode : Studio télévision, théâtre, cinéma…
• Etablissements sanitaires ou sociaux : Hôpitaux, maisons de cure, de rééducation, ou de convalescence, centres de thalassothérapie, maisons de retraite…
• Centres de loisirs : Club de vacances, croisières (bateaux)…
• Institutions et administrations diverses : Armée, gendarmerie, etc…
• Centres de formation.


Un coiffeur peut évoluer et changer d'activité, tout le long de sa carrière, en suivant la formation professionnelle continue.


Quel que soit votre âge, il est possible de se reconvertir professionnellement et la coiffure fait partie de ces secteurs qui attirent les personnes en quête d’épanouissement dans leur métier.
De plus, avec la possibilité de passer son CAP en 1 an seulement, l’accès au travail est rapide.

Alors convaincu ? Vous connaissez des personnes qui s’interroge sur une éventuelle réorientation professionnelle ? Faites-leur profiter de ces conseils en partageant l’article autour de vous.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer