Le métier d'écrivain public

Devenir écrivain public, c’est offrir ses services dans le domaine rédactionnel. Le métier consiste à écrire divers travaux pour des personnes ou des entreprises qui n’ont pas le temps de s’en charger ou qui ne savent pas le faire. Un écrivain public effectue la rédaction, la réécriture et la correction de documents écrits tout en veillant aux consignes et aux intentions de ses clients. Tout le monde peut avoir recours au service d’un écrivain public (particulier, professionnel, entreprise). La profession peut aussi être exercée dans le secteur social, auprès de personnes illettrées ou qui ont des difficultés en rédaction. Il peut travailler à domicile, au sein d’un cabinet ou au sein d’une association.

Activités principales d’un écrivain public

Les tâches à effectuer dans le métier d’écrivain public sont nombreuses et diversifiées. En effet, ce professionnel est chargé de rédiger ou de corriger tous types de documents. Il effectue, entre autres, des travaux de rédaction de papiers administratifs ou professionnels : courrier de réclamation, courrier juridique, formulaire administratif, Curriculum Vitae, lettre de motivation, dossiers d’allocations familiales, et autres. Il intervient également dans la rédaction de divers écrits personnels : rédaction de mémoires, travaux littéraires, comptes-rendus, faire-part, contenus web, mailings, etc.

Profil d’un écrivain public

• Pour devenir écrivain public, il est important de connaître les subtilités de la rédaction : orthographe, phrases conventionnelles, formules de politesse, etc.
• La connaissance des outils informatiques est aussi appréciée dans ce métier.
• Pour le respect des exigences et des délais définis, l’honnêteté, la responsabilité, la rigueur, l’autonomie et la disponibilité sont des qualités demandées dans ce métier.
• La discrétion est sollicitée dans la profession : il est important de veiller à la confidentialité des documents (même si le métier n’est pas juridiquement tenu par le secret professionnel).
• Enfin, l’écoute, la compréhension et l’empathie sont des atouts.

Statistiques

• 56 % des écrivains publics travaillent moins de 16 heures par semaine. C'est donc souvent une activité à temps partiel. Les revenus dépendent donc du temps consacré à cette activité (en moyenne 600 euros nets par mois  selon le Syndicat national des prestataires et conseils en écriture).

Nos formations CNFDI

Le CNFDI propose une formation pour devenir écrivain public.
La durée de formation est variable pour permettre à chaque élève de s’adapter à l’apprentissage. Ainsi, l’allure des cours peut être accélérée ou ralentie selon ses propres objectifs.
Cette formation complète comprend en tout 18 tomes abordant 3 thèmes : les techniques d’écriture, des notions de droit et la bonne utilisation de Word.